icône catégorie Tout le reste

Choquant, n’est-ce pas?

5 RÉFLEXIONS SUR L’ÉTHIQUE: DEUXIÈME PARTIE
26 juin 2019
Avez-vous les mains propres?
27 juin 2019
Partagez ce blogue










Submit
27 juin 2019 | 1 Min de lecture |
Vues

Au début des années 1960, le psychologue Stanley Milgram a réalisé une expérience qui a suscité la controverse.

 

Les résultats ont révélé un aspect fondamental pour comprendre l’être humain : l’obéissance est motivée par le respect de l’autorité et le conformisme. Le danger, c’est quand cette obéissance est aveugle et en rupture avec la conscience de l’individu.

 

La méthode? Le sujet est « l’enseignant ». Il doit dicter des mots à « l’élève » (un acteur). Si l’élève se trompe, l’enseignant doit lui administrer une décharge électrique. Plus l’expérience avance, plus la décharge est forte. L’expérience prend fin quand le sujet envoie trois décharges de 450 volts. À ce stade, le sujet peut lire sur l’écran « Attention, choc dangereux ». Un « expérimentateur » en sarrau s’assure que les règles sont bien suivies et encourage le candidat à aller jusqu’au bout.

 

Le résultat? 10 participants sur 10 ont accepté le concept de l’ « exercice ». Toutefois, ils ont tous questionné le professeur à un moment durant l’expérience. La conclusion inquiétante? 6 sujets sur 10 ont continué jusqu’à infliger la décharge maximale.

 

L’expérience de Milgram peut nous faire réfléchir aux grands crimes contre l’humanité. Mais elle peut aussi expliquer en partie les actions de certaines personnes qui exécutent les ordres de leurs supérieurs même si ces ordres vont à l’encontre de leur conscience. Sans les exécutants, l’autorité ne peut pas mener son plan malhonnête à terme ou, du moins, pas aussi facilement.

 

Ne soyons pas des facilitateurs. Levons-nous avant même d’asséner la première décharge.

 

Visionnez un extrait de l’expérience ici : https://www.youtube.com/watch?v=yr5cjyokVUs

 

Lire aussi : Vérités qui dérangent à propos de la corruption

Lire aussi : Lanceurs d’alerte : ouvrir les boîtes


Pour signaler toute irrégularité en matière de passation de contrats ou tout manquement à l’intégrité à la Ville de Saint-Jérôme :

ligne de signalement BIPA

450-431-0031

Formulaire de signalement en ligne >